Ministère de l'éducation nationale et de la formation professionnelle jQuery Tabs Demo | Papermashup.com


Examens baccalauréat 2015-2016

Le MENFP fait le point autour de la correction des copies du bac

 
Port-au-Prince, le 18 Juillet 2016,

Accompagné des membres de la Commission nationale des examens d’État, le directeur général du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP), M. Louis Mary Cador, a fait le point, le vendredi 15 juillet 2016, sur le processus de planification des examens. Il a notamment apporté des précisions sur le processus de correction des copies du baccalauréat, perturbé la semaine écoulée par certains correcteurs qui réclamaient une prime de 45 000 gourdes au lieu de 21 000 offertes par le MENFP.

 

 

Abordant la problématique de la correction des copies d’examens du bac cette année, une étape, dit-il, très importante du processus qui a été perturbée en début de la semaine écoulée, le directeur Louis Mary Cador qui dit ne pas banaliser les revendications des correcteurs, en profite pour apporter quelques précisions.


Selon M. Cador, tout un ensemble de mesures ont été adoptées afin de continuer normalement la correction. Il informe que les activités de correction ont été reprises dans plusieurs centres de divers départements, entre autres, le Nord, le Nord-Est, le Nord-Ouest, l’Artibonite où il y a eu une diminution de 10 % de correcteurs, le Plateau central et l’Ouest.


Par ailleurs, le deuxième responsable du MENFP indique que l’institution fait actuellement face à des problèmes financiers. Ce qui ne le permet pas de répondre aux exigences des correcteurs à qui, il en appelle à une prise de conscience, face à la responsabilité citoyenne et professionnelle qui leur incombe.


Toutefois, il informe que le ministère, en dépit des contraintes financières, a fait le nécessaire pour offrir 21 000 au lieu de 16 000 gourdes comme prime aux correcteurs avec lesquels des rencontres s’étaient tenues au cours de la semaine écoulée. 

« La correction des examens, est une étape clé du  processus. Cela nécessite une attention toute particulière. Nous sommes très attentifs aux revendications des correcteurs. Cependant, nous avons des limites en tant que responsables. On ne peut pas prendre le risque d’offrir ce qu’on ne peut pas honorer », fait-il remarquer.


Pour le directeur général du MENFP, le devoir du ministère consiste à utiliser toutes les stratégies correspondant à sa mission pour permettre aux candidats et à la société de ne pas être pénalisés. Des mesures ont été prises en conséquence, garantit-il.


Par ailleurs, le directeur général a profité pour faire le point sur le déroulement des examens du bac et sa planification. Portant des précisions relatives à ce processus qui débute dès le mois de janvier, le directeur général, Louis Mary Cador, a attiré l’attention sur un certain laxisme et/ou une attitude d’irresponsabilité relevés de la part de certains directeurs d’école qui ne respectent pas leur engagement, lesquels s’amusent à soumettre très en retard, la liste de décision de classe.


Ce qui cause, indique M. Cador, des difficultés dans le traitement des informations, ayant des conséquences sur notamment l’émission des fiches d’examens du baccalauréat.

Concernant les fraudes relevées lors de la passation des épreuves, le numéro 2 du MENFP a insité sur la mise en place de tout un ensemble de mécanismes et de mesures de haute sécurité afin de bien contrôler tout le processus quoique, reconnait-il, certains petits détails puissent toujours échapper aux contrôles des responsables. Il se réjouit, en ce sens que, grâce à la vigilance du ministère, un réseau de fraudeurs a été démantelé dans le département de l’Artibonite, notamment aux Gonaïves.

« Il y a des critiques. Nous les savons. Nous les entendons. Mais nous nous sommes investis comme étant de vrais responsables du ministère et d’éducateurs conscients de leurs missions, aux fins d’éviter toutes les dérives liant à la circulation de certaines informations erronées », déclare M. Louis Mary Cador.


 

Bureau de presse/MENFP

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© 2016 © MENFP