Ministère de l'éducation nationale et de la formation professionnelle jQuery Tabs Demo | Papermashup.com


Education/violence scolaire

Contrer la violence en milieu scolaire

 

C’est une véritable bataille que lance le ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle(MENFP) en vue de freiner la violence en milieu scolaire. Les principaux responsables, dont le ministre Nesmy Manigat, ont ainsi annoncé, ce mercredi 11 mars 2015, un certain nombre de mesures de manière à rassurer la communauté éducative de leur détermination à contrer ce phénomène. Au nombre des dispositions, le numéro 199, une ligne de téléphone pour alerter les autorités du ministère sur tous les cas de violence.

 
   

Le ministre de l’Education nationale et de la Formation professionnelle a été, on ne peut plus, clair dans ses propos. La violence scolaire est intolérable. L’institution scolaire tout comme la société dans son ensemble doivent convaincre les jeunes de rejeter ces agissements qui s’inscrivent aux antipodes des valeurs qu’elles sont appelées à véhiculer ; des valeurs de tolérance et d’acceptation de l’autre qu’elles que soient les différences physiques, biologiques ou sociales.

Faisant échos aux déclarations de Rénold Telfort, Directeur général du MENFP,  Nesmy Manigat a appelé la famille, institution de socialisation, à bien jouer sa partition dans l’éducation des enfants afin de donner du sens et d’assurer le suivi du travail scolaire.

Pourquoi cet appel à la famille ?
Nesmy Manigat s’explique. Les enfants ne passent que 30 % de leur temps à l’école, c’est ce que le ministre appelle le temps scolaire. La part de 70 %, dite libre, les enfants la passent dans leur famille, dans le voisinage, avec les amis, à l’écoute des médias. De ce fait, la famille, les médias (surtout la radio et la télévision) au même titre que les réseaux de sociabilité et les réseaux sociaux pèsent de tout leur poids dans cette entreprise de socialisation.

Parallèlement à cet appel à la responsabilité, le ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle entend, de façon institutionnelle, s’attaquer à la violence scolaire. Deux séries de mesures sont adoptées. Le MENFP compte communiquer davantage sur la question en vue d’inciter les parents, les élèves et les autres intervenants dans la chaine scolaire à faire de leur mieux pour un meilleur encadrement des jeunes. Parallèlement, le MENFP se mettra à l’écoute des doléances des concernés afin de bloquer tout élan de violence à la base.   

Un partenariat pour lutter contre la violence en milieu scolaire
Une cellule d’écoute a été constituée avec la  mise en service, grâce au partenariat avec le Conseil national des télécommunications (CONATEL), d’un numéro de téléphone : le 199. Il permettra d’alerter rapidement le MENFP sur tout cas de violence scolaire, qu’elle soit physique, verbale ou sexuelle. Le ministère pourra réagir ainsi avec promptitude et efficacité, indique le titulaire du MENFP.

Par ailleurs, le MENFP est en train d’initier une collaboration avec l’Association haïtienne des Psychologues(AHP) et la Faculté des Sciences humaines(FASCH) de l’Université d’Etat d’Haïti(UEH) en vue de recruter une équipe de psychologues et de travailleurs sociaux pour assister les écoliers pris dans cette spirale de violence. Les protocoles d’accord avec ces deux institutions seront signés dans un avenir proche, rassure Nesmy Manigat.

Des consultations sont aussi entamées avec le ministère de la Justice et la Police nationale pour le renforcement de la sécurité aux abords des écoles et pour un meilleur encadrement des élèves. Des patrouilles policières seront chargées de sillonner les artères les plus fréquentées par les élèves de même que les périmètres immédiats des établissements scolaires. A l’avenir, le numéro un de l’Education nationale souhaite que des policiers soient formés et dédiés spécifiquement  à la surveillance scolaire.
Plus fondamentalement, le MENFP envisage de profiter de la réforme curriculaire en cours afin d’enrichir  davantage la formation axée sur les valeurs citoyennes, le respect de la personne humaine, des biens d’autrui et du vivre-ensemble.

Accompagner les élèves pour leur réussite scolaire
Faisant un bilan des efforts en cours pour l’application de l’Addendum aux accords et l’accompagnement à donner pour les élèves en retard dans le programme en raison des mouvements de grève, le directeur général du ministère a indiqué avoir demandé à tous les directeurs de lycée de la République de prendre des dispositions nécessaires, en vue d’organiser, dès ce samedi 14 mars 2015, des cours de rattrapage à l’intention de tous les élèves, particulièrement ceux devant participer aux examens officiel de cette année. Il s’agit, suivant les consignes du ministre Nesmy MANIGAT, d’offrir les mêmes chances de réussite à tous les enfants du pays qui doivent bénéficier le même nombre de jours de fréquentation scolaire.

Parallèlement, le ministre Nesmy Manigat a souligné que les démarches relatives au progrès de ce dialogue social avancent positivement. Les 2500 enseignants intégrant récemment le système, annonce-t-il, recevront leur chèque dès ce mois de mars.

 

 

 

 

 

Bureau de presse/MENFP


.
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© 2015 © MENFP